Comment devenir un meilleur joueur de jeu de rôle

Comment devenir un meilleur joueur de jeu de rôle en 12 points

Vos amis ne vous invitent plus aux soirées jeu de rôle ? Grace à ce guide vous allez devenir un joueur expert que tout le monde voudra à sa table de JDR

Vos amis ne vous invitent plus aux soirées jeu de rôle ? Grace à ce guide vous allez devenir un joueur expert que tout le monde voudra à sa table de JDR

Le guide qui vous explique comment passer de joueur de JDR débutant à PJ expert

On pense souvent que la qualité d’une partie de jeu de rôle repose entièrement sur les épaules du maître du jeu : rien n’est aussi faux ! Certes, le rôle du MJ est vital au bon déroulement d’une session de JDR, mais penser qu’il en est le seul garant reviendrait à minimiser l’impact des joueurs sur la qualité du jeu. C’est pour ça qu’il est important de vouloir sans cesse s’améliorer en tant que joueur.

Si vous êtes ici, c’est que vous voulez vous améliorer en tant que joueur et vous avez raison. Les avantages sont multiples : le jeu de rôle est un jeu collectif, vous améliorer en tant que joueur, c’est améliorer l’expérience de jeu des autres. Les autres joueurs apprécieront les sessions avec vous, votre MJ verra en vous un allié de choix sur qui compter et donc par effet de rebond vous prendrez plus de plaisir à jouer. En somme, vous joignez l’utile à l’agréable.

Que vous soyez un rôliste débutant ou bien un joueur avec de l’expérience, ce guide vous concerne. Même après 10 ans, on continue à apprendre des choses, vous y trouverez donc forcément des éléments pour améliorer et faire évoluer votre jeu.

À quelques exceptions près, tous les points abordés dans ce guide valent autant pour le jeu de rôle sur table que pour le jeu de rôle en ligne. 

1/ Apprenez les règles

On débute tous un jour, il est donc normal de se reposer sur les autres pour qu’ils nous guident. Cependant, passé la découverte du jeu et les premières sessions, prenez-vous en main et apprenez les règles ! Vous n’êtes pas obligé d’apprendre par cœur les 450 pages du livre de règles, mais maîtrisez au moins l’essentiel.

Votre MJ a déjà beaucoup à faire, alors vous ré expliquer pour la 15e fois comment fonctionnent les jets de compétences… Au-delà de cet aspect, maîtriser les règles du jeu de rôle sur lequel vous jouez vous ouvrira de nombreuses portes puisque vous n’avez plus d’œillères : vous savez ce que le jeu a à vous offrir et vous pouvez maintenant en profiter pleinement.

Si vous maîtrisez les règles, attention de ne pas tomber dans l’extrémisme. Si vous constatez que votre maître du jeu fait des erreurs dans l’interprétation des règles, vous pouvez lui signaler, mais attention aux débordements. Intervenir trop souvent peut d’une part casser le rythme de la partie, mais aussi devenir agaçant pour le MJ et les autres joueurs. Si l’envie de faire des rappels aux règles multiples vous prend, prenez sur vous et parlez-en avec lui à l’issue de la session.

Comment prendre des notes efficaces en jeu de rôle
Faites comme notre amie et potassez les règles !

2/ Prenez des notes et tenez un journal de groupe

On ne le répétera jamais assez, mais les notes sont les meilleures amies du rôliste.

Avec un rythme d’une session par mois, voire toutes les deux semaines, votre mémoire va très vite vous jouer des tours : “Attends, c’est qui ce PNJ ? Ce n’est pas le type qu’on a rencontré il y a 6 sessions ? Tu sais dans la ville-là… Où on avait récupéré la clef qui ouvre le portail vers je ne sais plus quelle porte dimensionnelle… Qui a la clef d’ailleurs ?”.

Vous voyez où je veux en venir à travers cet exemple ? Avec la multitude d’informations que vous allez devoir retenir, il est vital de prendre des notes afin de vous y retrouver.

Que ce soit pour vous, pour le groupe ou même pour le MJ, un joueur qui prend des notes est un joueur qui œuvre au bon déroulé de la partie, et ce, pour plusieurs raisons :

  • Vous ne passez pas votre temps à demander qui est qui, qui a fait quoi etc. ça n’a pas l’air comme ça mais la session gagne en fluidité
  • Vous pouvez relire vos notes entre les sessions pour recouper les éléments et avoir une meilleure vue d’ensemble de la campagne
  • Le MJ aussi omnipotent soit-il ne note pas forcément tout, en cas de trou, il a un allié sur qui il peut compter
  • Vous pouvez mettre le MJ face à ses propres contradictions. On en revient au point précédent : le MJ peut se tromper et maintenant vous avez des preuves ! Attention tout de même à manier ce point de façon bienveillante.

Comment prendre des notes tout en en étant roleplay

Pour prendre des notes, un simple bloc de feuille ou un cahier suffit. Cependant, pour prolonger l’expérience de jeu on peut vouloir se tourner vers des supports plus « roleplay ». Pour ces cas de figure nous proposons un magnifique carnet artisanal en cuir pour prendre des notes sans sortir de son rôle d’aventurier.

Carnet de note d'aventurier pour JDR

3/ Aidez le MJ, faites lui plaisir

Masteriser est une activité qui sollicite le MJ à 300%

Maîtriser les règles, adapter l’histoire selon les actions des PJ, gérer et incarner les PNJ, prendre des notes, etc. Vous ne vous en rendez peut-être pas compte, mais derrière l’écran il y a un cerveau qui fume.

Faites votre possible pour soulager et aider votre maître du jeu, mais aussi pour lui faire prendre du plaisir, car après tout, c’est lui aussi un joueur, qui est là pour passer du bon temps. Voici en vrac quelques choses que vous pouvez faire pour lui :

  • Assistez-le-lui ou les autres joueurs sur les règles en cas de besoin. Il n’est jamais bon d’interrompre le jeu pour éclaircir un point de règle mais parfois il n’y a pas le choix, au moins votre aide permet d’accélérer la reprise;
  • Pendant les combats, gérez la piste d’initiative. Aussi anodin que cela puisse paraître, décharger le MJ de cette tâche lui permet de souffler un peu;
  • Intéressez-vous à l’univers qu’il a créé pour vous. Il a passé tellement de temps à tout mettre en place dans cet univers pour vous y passiez un bon moment que ça lui fera plaisir;
  • Remerciez-le en fin de session, ça ne vous coûte rien et ça fait toujours plaisir;
  • Nourrissez et hydratez le MJ. S’il n’a pas à s’interrompre pour se servir un verre ou aller chercher quelque chose à la cuisine, il n’interrompt pas le jeu. Voyez-ça comme un investissement Pour hydrater votre MJ ou vous-mêmes tout en restant RP, nous proposons quelques chopes qui seront du plus bel effet à votre table de jeu.
devenir-meilleur-joueur-investi

4/ Soyez un joueur actif et investi 

Investissez-vous dans le monde dans lequel vous évoluez

Dan Abnett disait “Le savoir, c’est le pouvoir”, rien n’est plus vrai dans le jeu de rôle. Soyez curieux et intéressez-vous au monde dans lequel vous évoluez ! Chaque question que vous posez à votre maître du jeu est une porte qui s’ouvre vers des possibles.

Ne vous laissez pas porter par l’histoire, faite la avancer

La beauté du jeu de rôle réside dans le fait que l’aventure évolue pour s’adapter à vos actions. Ne vous contentez pas de rester sur les rails de l’histoire, faites la avancer et évoluer par vos actions, prenez les devant et faites des choses. 

Vous venez d’arriver dans une nouvelle ville ? Vous pouvez vous contenter de la description que vous en fait le MJ, mais en faisant ainsi vous ne quitterez pas d’un pouce la trame du scénario. En général, les plus beaux souvenirs des joueurs, et même des maîtres du jeu viennent de scènes non prévues : ce genre de moments qui arrivent car un joueur tente quelque chose qui sort du cadre de l’imaginable. 

5/ Jouez les traits de votre personnage

Ce point rejoint un peu le précédent dans le sens où il implique que vous soyez actif et non passif. Au moment de créer votre personnage, vous lui avez donné une personnalité, des forces, des faiblesses ainsi que des défauts. N’hésitez jamais à en jouer, voire à en surjouer, c’est ça qui va donner du sel aux parties et les rendre mémorables.

On retrouve trop souvent autour des tables de jeu de rôle, des personnages qui ne sont que les retranscriptions des stats inscrites sur leur fiche et qui ne vont pas plus loin. “La personnalité de mon personnage ? À quoi ça sert ?” Vous avez forcément eu ce genre de joueur à votre table. À part leur classe et leur rôle dans le groupe, que pouvez vous dire de leur personnage ? Vous ont-ils marqué ? Ont-ils eu des coups d’éclat qui vous marqueront pour les années à venir ?

Qui dit jeu de rôle dit rôle alors faites vivre votre personnage. Certes, tout le monde n’est pas à l’aise avec le fait de faire du roleplay et d’incarner physiquement son personnage, mais mettez-vous au moins dans sa peau. Si vous êtes timide, rien ne vous empêche de parler de lui à la troisième personne, idem pour les dialogues. 

Un joueur de joueurs de jeu de rôle qui jouent leur personnages
Que serait un PJ sans ses compagnons de route ?

6/ Acceptez que vous n’êtes pas le seul joueur à la table

On ne le répétera jamais assez, le jeu de rôle se pratique à plusieurs, et comme on l’a déjà vu dans l’article Le guide ultime pour créer un personnage de jeu de rôle intéressant : Le vrai héros c’est le groupe.

Qui dit groupe dit autres joueurs, et comme vous ils ont envie de jouer. Seulement le MJ ne peut traiter qu’une seule action/personne/dialogue à la fois et devinez quoi ?  Tout le monde veut faire des choses, parler, avoir son moment de gloire.

Afin que tout le monde puisse avoir son instant, il faut savoir accepter de se mettre en retrait pour mieux laisser briller ou simplement s’exprimer les autres. On voit trop souvent des joueurs timides s’effacer car quelqu’un de la table prend trop de place et capte l’attention à chaque scène. Il n’y a rien de plus frustrant pour quelqu’un de ne pas pouvoir agir ou s’exprimer et comment voulez-vous qu’il y arrive si vous êtes toujours sur le devant de la scène ? 

Alors on accepte de ne pas être le héros 5 minutes et on laisse un peu les autres joueurs être sur le devant de la scène.

devenir-meilleur-joueur-rivalite

7/ Ne vous en prenez pas aux autres PJ, sauf s’ils sont d’accord

Derrière un personnage il y a un joueur qui est venu à la session de JDR pour passer un bon moment

Il n’est clairement pas venu pour finir poignardé dans le dos par le roublard du groupe parce qu’il trouvait ça marrant, alors ne traitez pas les personnages des autres joueurs comme des défouloirs.

Il est courant de voir dans un groupe deux personnages être en compétition ou avoir une rivalité sympathique. Ce genres de petites tensions peuvent mettre un peu de piment en donnant lieu à des piques amusantes ou des scènes de rivalité fortes en RP. Attention cependant à ce que ça ne dérape pas. Il serait dommage que votre session finisse en pugilat entre deux personnages car leur rivalité a grandi insidieusement avant d’éclater au grand jour d’une façon spectaculaire.

Note aux MJ : Si plusieurs de vos joueurs ont une rivalité, faites très attention à rester neutre et veillez bien à ce que la balle reste au centre afin que ça ne dégénère pas. Plus d’une campagne a vu son terme car certains des personnages du groupe en sont venus aux mains.

8/ Restez concentré et posez ce téléphone

Le jeu de rôle est une question d’immersion et comment voulez-vous être plongé dans l’aventure que vous êtes censé co-construire si vous avez la tête ailleurs dès ?

Ne pas être dans le jeu c’est prendre le risque de :

  • Passer à côté de tout le travail d’immersion du MJ
  • Louper des informations capitales
  • Faire répéter le maître du jeu et les autres joueurs

Par effet de bord, vous risquez aussi de sortir les autres joueurs du jeu par votre nonchalance, alors posez ce téléphone, et mettez-vous dans le jeu. Si vous faites du jeu de rôle, c’est entre autres pour sortir du quotidien, inutile donc de le ramener à la table de jeu.

devenir-meilleur-joueur-echec

9/ Faites plus que lancer les dés

Lancer des dés n’est qu’une manière de connaître le résultat des actions de son personnage, mais quelle est cette action au juste ? Ça n’a pas l’air comme ça, mais décrire ses actions quand on fait du jeu de rôle est important pour vous, pour votre MJ et pour l’histoire.

Prenons un exemple simple. Votre personnage doit se faufiler dans le palais du duc, mais le portail est surveillé par un garde, plutôt que de dire : “Je tente un jet de tromperie sur le garde pour passer” dites plutôt : “Je me recoiffe rapidement et ensuite je passe devant le garde en prenant mon air le plus noble possible afin qu’il me prenne pour un des courtisans du Duc”.

En décrivant comme votre personnage tente de tromper le garde vous avez plusieurs effets bénéfiques sur le jeu :

  • Vous entretenez l’immersion autour de la table ;
  • Vous créez des éléments de jeu que le MJ pourra réutiliser plus tard (par exemple, le garde pourrait par la suite vous appeler monseigneur à chaque fois que vous le croiserez) ;
  • Vous donnez de la matière au MJ pour rebondir en cas d’échec. Ainsi plutôt que de simplement dire que vous n’arrivez pas à passer, il va pouvoir décrire la scène et ainsi adapter la réaction du garde ;
  • Vous créez une histoire, dont vous et les autres joueurs vous souviendrez longtemps. On se remémore plus facilement l’épisode où Galfrin s’est fait passer pour le cousin du duc pour entrer dans le château que l’épisode ou Galfrin est entré dans le château grâce à son 17 en tromperie.

Comme je le dis plus haut, vous pouvez ne pas être à l’aise avec le fait de parler et vous comporter comme votre personnage, mais même en étant timide, vous pouvez expliquer ce que votre personnage fait pour résoudre un problème.

collection-des-jdr

10/ L’échec amène du jeu

D’accord, personne n’aime se planter sur une action décisive, mais plutôt que de ronchonner dans votre coin, jouez en, servez-vous de cet échec pour amener du jeu. Partez du principe que vous personnage n’est pas qu’une somme de statistiques. Lors de sa création, vous l’avez doté d’une personnalité (si non, rendez-vous ici tout de suite), jouez donc avec.

Imaginons que votre voleur, grand maître tire-laine, se fasse honteusement prendre la main dans le sac et s’en sorte indemne d’une façon X ou Y. Ne passez pas simplement à autre chose et réfléchissez aux conséquences que cet échec a sur votre personnage. Peut-être que cela a ébranlé sa confiance en lui et qu’il va être hanté quelque temps par cet échec, peut-être à l’inverse voudra t-il recommencer de suite pour contrer le mauvais sort et se rassurer.

Peut-être qu’un mage dont le sort aura échoué un sort de façon assez catastrophique n’osera plus le lancer de peur de recommencer, à moins que ce ne soit votre guerrier qui a été battu en combat singulier et qui se jure de tuer 100 ennemis, une main dans le dos, pour regagner son honneur. Je vais un peu loin, mais vous avez cerné l’idée.

On souhaite tous réussir ses actions, mais l’échec amène tellement de possibilités intéressantes que c’est une arme de jeu massive dont il ne faut pas se passer.

Jeu de rôle - Echec critique
Combien d’échecs ont donné lieu à des situation épiques ?

11/ Aidez à créer une histoire intéressante

Parce que le jeu est au cœur de vos préoccupations. C’est lui qui vous fait vous rassembler toutes les semaines/deux semaines/mois/ans/sabbat. Sans jeu pas de jeu de rôle, aussi, quand vous faites quelque chose, demandez-vous toujours si ce que vous allez faire est intéressant et si cela sert l’histoire.

En tant que joueur, on peut être tenté de se laisser porter par ses envies et se réfugier derrière les traits de son personnage pour justifier certains caprices. “Mon personnage n’irait jamais ici… Il ne ferait jamais ça… Il n’accepterait jamais de travailler avec untel… Il met le feu à la taverne parce que c’est ce que les gnomes de feu font…”.

Ne vous laissez pas guider par vos pulsions. Enfin vous pouvez, mais ça ne doit pas se faire au détriment de l’histoire que votre meneur de jeu essaye de construire avec vous et les autres joueurs.

12/ Respectez les Personnages Non Joueurs (PNJ)

On termine avec un aspect que je trouve essentiel et bien trop souvent mis de côté par les joueurs : respectez les PNJ, car ils peuvent vous apporter bien plus qu’une bonne tranche de rire après une blague de beauf.

Combien de fois un maître du jeu impliqué, a créé des personnages intéressants qui se sont instantanément vus transformés en sujets de blagues, voir même être complètement méprisés par des joueurs qui prenaient la rencontre à la rigolade.

Au-delà du côté irrespectueux pour le travail du MJ, en prenant les êtres qui peuplent le monde dans lequel vous évoluez par-dessus la jambe, vous passez sans le savoir à côté d’un potentiel de jeu incroyable. Combien de PNJ que vous avez snobés auraient pu être des alliés de poids ? De combien de PNJ vous êtes-vous attiré l’inimitié, car la table les a tourné en dérision pour rigoler ?

Dernier aspect et pas des moindres, traiter les PNJ comme des PNJ vous enferme dans votre position de joueur. Tant que vous êtes dans cette position, vous n’êtes pas Valygor de Maevar, paladin de la cour d’argent, vous êtes Michel le cul vissé sur la chaise du salon.

Groupe de personnages de JDR
Derrière chaque PNJ se cache un potentiel de jeu incroyable à exploiter

A vous de jouer !

Vous avez maintenant les clefs pour vous améliorer dans votre pratique du jeu de rôle. Cette liste n’est, bien sûr, pas exhaustive, mais couvre à mon sens les points importants à respecter pour être un joueur qu’on a envie d’avoir à sa table, qu’elle soit en vrai ou en ligne..

J’ai volontairement mis de côté les aspects qui tiennent plus du savoir-vivre comme par exemple :,

  • Respecter les autres ;
  • S’excuser si on blesse quelqu’un ;
  • Ne pas venir les mains vides.

Si vous pensez que des points manquent, n’hésitez pas à les mettre en commentaire pour en faire profiter les autres.