Comment écrire un scénario de jeu de rôle intéressant ?

Comment écrire un scénario de Jeu de Rôle ?

Dites au revoir aux scénarios plats et sans surprises, vous allez devenir un pro des scénarios passionnants

Dites au revoir aux scénarios plats et sans surprises, vous allez devenir un pro des scénarios passionnants

Dites au revoir aux scénarios plats et sans surprises, vous allez devenir un pro des scénarios passionnants

Que serait une session de jeu de rôle sans scénario ? Un jeu propulsé par l’Apocalypse répondront certains. Les autres concèderont qu’il s’agit d’un élément essentiel pour une session de jeu de rôle réussie (mais pas que).

Il existe un nombre de scénarios existants incalculables, que ce soit sur internet ou sous forme de livre. ces scénarios du commerce sont certes passionnants et utiles, cependant, on peut avoir au bout d’un moment envie de sortir des sentiers battus et commencer à faire jouer ses propres histoires

C’est excitant sur le papier, cependant, essayer d’écrire sa propre histoire peut vite devenir un exercice compliqué : syndrome de la page blanche, risque d’un hors-sujet ou dénouement peu soigneuxÉcrire un scénario de jeu de rôles intéressant requiert la maîtrise de quelques règles essentielles..

Vous faites peut-être votre premier essai en tant que scénariste et vous vous demandez comment écrire son premier scénario, ou bien vous souhaitez vous perfectionner et cherchez des conseils pour écrire un bon scénario de JDR.

Vous découvrirez dans cet article des trucs simples pour apprendre à faire des histoires intéressantes pour vos joueurs. Sortez votre plus beau carnet en cuir, votre plume à écrire, c’est partit.

Même jeu de rôle - La quête absurde du MJ

Quel type de scénario ? 

Avant de vous lancer dans l’écriture à proprement parler de votre scénario, il va falloir déterminer le type d’histoire que vous souhaitez raconter. Cette étape est importante, car elle va conditionner le ton de votre récit. 

En passant un peu de temps à réfléchir en amont à ce que vous voulez raconter à travers votre scénario, vous gagnerez du temps au moment de l’écriture, car vous saurez dans quelle direction aller.

L’univers dans lequel va se dérouler votre histoire

Les types d’univers qui sont proposés dans le jeu de rôle sont très divers, tant le milieu est prolifique. Cependant, les principaux styles portent sur les grands sujets de la littérature : la fantasy, la science-fictionl’horreur, le cyberpunk, etc.

À ce stade-là de la création d’un scénario, le travail est encore assez simple. Il vous faut choisir le style d’univers qui vous intéresse.

Type d’histoire

La seconde étape consiste à déterminer le type d’histoire que vous voulez raconter. Ce choix va conditionner le rythme et l’ambiance de votre histoire. Grossièrement, il y a 5 grandes familles de scénarios : 

  • Les scénarios d’action ;
  • Les scénarios d’aventure ;
  • Les scénarios d’enquête ;
  • Les scénarios horrifiques ;
  • Les scénarios d’interprétation.

Rien ne vous empêche de mélanger les genres afin d’obtenir des histoires intéressantes, c’est même fortement conseillé. Mixer les genres vous permet de faire des sessions de jeu riches et non linéaires.

Quelle structure ? 

La structure va conditionner la façon dont les acteurs de votre histoire, les joueurs, vont interagir avec celle-ci. On peut diviser les structures de scénarios en 3 grandes familles.

Structure linéaire : La méthode de la succession des scènes

En matière de jeu de rôle, c’est la structure la plus classique. Il s’agit de prévoir les différentes scènes et l’ordre dans lequel elles doivent s’agencer, les joueurs suivent ainsi un fil directeur qu’ils ne quitteront pas. 

Cette technique convient parfaitement aux meneurs de jeu débutants, puisque l’histoire étant intégralement écrite, vous n’avez pas à vous en soucier et pouvez donc vous concentrer sur le reste.

Le principal inconvénient de cette méthode est que les joueurs doivent rester sur les rails de l’histoire que vous avez préparé. Les joueurs aguerris risquent donc de se lasser assez vite puisqu’on passe à côté d’un élément essentiel dans le JDR : La liberté de choix et d’action.

Structure semi-linéaire : L’illusion de la liberté

Cette seconde structure reprend les codes de la première : vous avez prévu la trame de votre histoire, cependant vos PJ disposent d’une plus grande marge de manœuvre. Comme pour la méthode de succession des scènes, vous avez prévu différentes scènes, ainsi qu’un déroulement logique, cependant vous pouvez les modifier à la volée pour vous adapter aux actions de vos joueurs sans remettre en cause votre scénario.

Ce mode de création de scénario de JDR a l’avantage de vous permettre d’écrire une histoire intéressante tout en vous permettant de laisser assez de marge de manœuvre aux joueurs pour qu’ils se sentent libres et aient le sentiment d’avoir un vrai impact sur l’histoire qu’ils sont en train de vivre.

Structure ouverte : Le bac à sable

Ces types de scénarios sont les plus difficiles à maîtriser, car ils demandent une grande capacité d’improvisation. C’est pour ça que les scénarios bac à sable sont réservés aux MJ avertis. Prévoyez un point de départ, lâchez vos joueurs dans votre univers et laissez les vivre leur aventure sans aucune contrainte. 

Les sandbox sortent du cadre de l’article, car l’objectif ici est de parler de création de scénario et non de comment trouver l’inspiration pour improviser des histoires. Ce sujet fera l’objet d’un futur article sur le blog.

Même jeu de rôle - Roleplay

Trouver des idées de scénarios

Maintenant que vous avez déterminé le type d’histoire que vous voulez raconter, il est temps de passer à l’écriture. Cependant l’inspiration peut vous manquer. Voici donc quelques conseils pour vous aider à trouver l’inspiration.

S’inspirer des œuvres de fiction

Le monde regorge d’histoires originales et inspirantes, dans lesquelles il peut être intéressant d’aller piocher. Voici une liste non exhaustive des médiums dans lesquels vous pouvez aller chercher l’inspiration :

  • Les romans ;
  • Dans les films ;
  • Dans les séries ;
  • Dans les mythes et la mythologie ;
  • Dans les bandes dessinées ;
  • Dans les mangas ;
  • Dans les comics
  • Les jeux vidéo. 

Rien ne vous empêche de rester cantonné au genre que vous ciblez. Par exemple, n’hésitez pas à vous inspirer d’une histoire de fantasy si vous préparez un scénario de science-fiction. Les différences d’univers sont assez simples à corriger, il serait donc dommage de vous priver de nombreuses sources d’inspiration.

S’inspirer de l’Histoire

L’histoire est une source inépuisable de scénarios passionnants et inspirants. Le cinéma ne s’y trompe pas, car bon nombre des grandes fresques épiques sont inspirées de faits réels.

Connaissez-vous la Guerre des Deux-Roses ? Cette guerre civile qui eut lieu en Angleterre entre la maison royale de Lancastre et la maison royale d’York. Peut-être que non. En revanche, vous connaissez sûrement la saga à succès de Georges R.R Martin : Game of Thrones.

Si je vous parle de ça, c’est simplement car GoT s’est largement inspiré de la guerre des deux roses. C’est là le pouvoir de l’adaptation, l’Histoire de notre monde est une puissante source d’inspiration. 

S’inspirer de scénarios de JDR existant

Il existe déjà de nombreux scénarios de jeu de rôle sur le marché, cependant ils ne vous conviennent pas forcément. Rien ne vous empêche de prendre un scénario dont certains éléments vous plaisent pour les intégrer à une histoire que vous êtes en train de créer.

Il peut s’agir de personnages inspirants, de cartes de lieux ou même d’éléments d’intrigues qui vous plaisent. Il ne vous reste ensuite plus qu’à les adapter au scénario que vous êtes en train de créer. 

Attention cependant, cette méthode ne peut pas s’appliquer si vous écrivez un scénario avec dans l’idée de le vendre, car vous seriez en infraction avec les droits d’auteurs et vous iriez au devant de quelques problèmes…

Utiliser un générateur de scénarios 

Vous recevez vos amis rôlistes dans quelques heures pour une session de jeu improvisée et vous n’avez pas le temps de créer un scénario. Savez-vous qu’il existe de nombreux générateurs pour ce genre de situation ?

Disponibles gratuitement sur internet, ces générateurs d’histoire vous permettent en quelques clics d’avoir les bases d’une histoire, à vous ensuite de développer autour. 

Certes cette méthode ne permet pas d’avoir un scénario clé en main, mais vous fait gagner un précieux temps de réflexion. En effet, vous saurez déjà qui sont les protagonistes qui déclencheront l’intrigue, les lieux où elle se déroulera et la nature de l’histoire. 

Liste de générateurs de scénarios de jeu de rôle

La recherche collective

Une dernière solution consiste à créer l’histoire avec ses joueurs. Plus que de créer toute la trame de votre scénario, l’idée ici est de poser les bases de votre histoire.

Posez-vous autours d’une table avec tous les joueurs et réfléchissez ensemble au type d’histoire que vous voulez jouer :

  • Quelle ambiance ? 
  • Quel type de scénario ? 
  • Où se déroule l’intrigue ? 
  • Qui sont les puissances en action ? 
  • Quel est leur lien avec les personnages joueurs ?
  • Etc.

En procédant ainsi vous aurez une histoire absolument unique puisqu’elle a été faite sur mesure par et pour votre groupe.

L’avantage de cette méthode est qu’elle permet d’impliquer émotionnellement vos joueurs puisqu’ils auront personnellement participé à l’élaboration du scénario qu’ils sont en train de jouer. 

Jeu de rôle - Travail d'équipe en plein combat
Dans le Jeu de Rôle, comme dans la vie, il est essentiel de travailler ensemble.

Laisser de la place pour l’improvisation

En tant que créateur d’histoires de JDR, vous aurez à un moment ou un autre forcément besoin d’improviser. Les raisons sont multiples :

  • Vos joueurs peuvent aller dans une direction imprévue
  • Votre scénario contient certaines zones d’ombre
  • Vous avez besoin d’interpréter des personnages
  • Vous avez besoin de reconnecter vos joueurs avec votre scénario. 

Partant de ce constat, ne soyez pas trop exhaustif. Il est inutile de vouloir tout prévoir, car vous serez toujours surpris par les réactions des joueurs. En donnant assez de clefs afin d’être dans le ton, vous pourrez improviser des choses cohérentes avec votre scénario.

Le rôliste - Accessoires pour prendre des notes

Créer des PNJ mémorables

Les PNJ font partie intégrante de votre histoire et vos joueurs vont être sans cesse confronté à eux. Dans ces conditions il est important de les rendre intéressants et mémorables.

Pour être mémorables, vos PNJ doivent sortir du lot

Pour attirer l’attention des joueurs, vos PNJ doivent avec un détail qui attire l’attention des joueurs. Il peut s’agir de quelque chose d’anodin comme un accessoire, un anneau ou une broche par exemple, comme un trait plus marqué tel qu’une cicatrice. En soit ce détail n’a aucune importance scénaristique, mais le fait de pointer une particularité chez un PNJ va canaliser l’attention des joueurs et rendre ce PNJ intriguant (et de fait vos joueurs se souviendront plus facilement de lui).

Même jeu de rôle - Travail d'équipe

Intégrer les joueurs dans ses histoires

Vous avez élaboré l’intrigue, enfin on devrait plutôt dire qu’elle se dessine. En effet, il ne sert à rien de vouloir concevoir votre trame dans les moindres détails. Et vous savez pourquoi ?

C’est parce que le propre d’un scénario de jeu de rôle n’est pas de raconter une histoire, mais de la faire vivre. L’objectif est de permettre à ses acteurs, les joueurs, d’interagir avec votre scénario afin d’écrire une histoire qui n’est propre qu’à votre groupe. Faites jouer un même scénario  à un autre groupe de jeu de rôle et le déroulé de l’histoire sera bien différent.

Le meneur de jeu doit songer à la place qu’occuperont les joueurs dans son intrigue, sans toutefois chercher à les cloisonner. En vérité, les PJ ont une importance cruciale dans votre scénario et il serait contre-productif de ne pas les inclure au moment de la rédaction, à les réduire à de simples exécutants de votre plume.

Vos scénarios doivent donc être assez souple pour supporter la liberté de choix de vos joueurs, pour cela je vous renvoie à la partie sur le choix de la structure de son histoire.

Voici quelques questions qu’il faut vous poser au moment de réfléchir à la place que vont occuper vos joueurs dans votre trame narrative :

  • Pourquoi les personnages sont-ils là ?
  • Quel est leur rôle initial dans l’histoire ?
  • Qu’est ce qui va les pousser à agir ?

Il est bon aussi, au moment de rédiger votre histoire, de prendre en compte la façon dont vos joueurs ont obtenu leur feuille de personnage.

Personnages prétirés

L’avantage des personnages prétirés quand on est MJ est que c’est nous qui les créons. On a donc un certain contrôle sur leur façon d’être, il est donc plus simple de les inclure dans les histoires qu’on écrit puisqu’on décide aussi de leur origine ainsi que de leurs liens avec le monde et l’histoire.

Attention cependant, même si vous pouvez prévoir les actions d’un prétiré en rapport avec les différentes de jeu que vous avez prévu, prenez en compte que votre personnage sera incarné par un joueur qui a ses propres motivations et attentes. Ce n’est pas parce que vous avez prévu des réactions typiques à votre personnage préconstruit, qu’elles vont forcément se réaliser.

Personnages créés par les joueurs 

Les personnages créés par les joueurs sont un peu plus délicats à intégrer puisqu’on a moins le contrôle sur les origines et leurs motivations. C’est toutefois une partie extrêmement gratifiante, car lorsque l’intégration est bien faite, le plaisir du joueur est décuplé.

Pour intégrer correctement ce type de personnages il est important d’en discuter en amont avec vos joueurs afin de trouver des solutions logiques. Voici tout de même quelques exemples en vrac :

  • Remplacer un PNJ secondaire par le personnage de votre joueur. Ce PNJ ne doit pas avoir un rôle clef dans l’histoire ;
  • Faire du joueur un ami ou un membre de la famille d’un des PJ secondaire ou principal, afin de lui créer des attaches avec votre monde ;
  • Le PJ peut être un étranger à l’univers de votre histoire : étranger au sens propre, amnésique, voyageur lointain, etc. L’idée est qu’à travers votre histoire le personnage découvre le monde et ses codes.


Qui dit jeu de rôle dit groupe de joueurs. Afin de tous les impliquer au mieux, il est recommandé de laisser à chacun son « heure de gloire », ce moment où il sera au cœur de la construction de la trame.

Le rôliste - Produits de jeu de rôle immersifs

Faire évoluer l’histoire en jeu

Gardez toujours en tête que quel que soit le type de structure que vous avez prévu pour votre scénario (linéaire, semi-linéaire, bac à sable) vos joueurs viendront régulièrement faire dévier le scénario de la trame narrative que vous avez prévu.

Que ce soit volontaire de leur part ou pas, vous devez vous préparer à ce genre de cas de figure. Il est donc important que vous vous prépariez à devoir régulièrement reconnecter les fils de l’histoire entre eux.

Une méthode assez simple que j’utilise souvent est de déplacer les lieux ou les personnages, pour les placer sur la route des joueurs, tout en restant crédible. L’objectif est que ces changements soient naturels et imperceptibles.

Même jeu de rôle - Curiosité

Quelques conseils en vrac pour dynamiser vos scénarios et les rendre mémorables

À quoi sert-il d’avoir consacré du temps à écrire un scénario de jeu de rôle si finalement les joueurs ne prennent pas de plaisir à le jouer ? Pour éviter ce danger qui guette bon nombre de meneurs de jeux, voici quelques conseils afin de dynamiser votre jeu de rôle.

Privilégier une entrée en matière rapide

Les introductions à rallonge sont le meilleur moyen pour endormir vos joueurs avant même que l’histoire n’ai commencée. Le meilleur moyen de planter une aventure avant même qu’elle n’ait commencé est de faire partir vos joueurs depuis la fameuse taverne.

Si votre aventure implique de se rendre dans le terrible “Val perdu”, faites commencer vos joueurs à l’entrée du lieu. Les débuts de session In medias res, sont aussi très efficaces pour plonger les joueurs directement dans le jeu. Il n’y a rien de tel pour mettre vos PJ dans l’ambiance que de les placer d’entrée de jeu dans une scène d’action ou dans une situation compliquée.

Faire des PJ, des acteurs et non des spectateurs

La grande force du jeu de rôle sur table est qu’il permet à ses participants d’agir sur l’histoire et d’être libre de leur choix. Laissez donc vos joueurs en profiter en proposant des histoires qui peuvent s’adapter à leur choix (ou à défaut, laissez leur croire que le choix leur appartient).

Veiller à la cohérence dans les idées

La cohérence est importante, c’est elle qui rend votre histoire logique et immersive. Si vos joueurs décèlent des incohérences, vous prenez le risque de les sortir de votre histoire

Mettre en avant le potentiel ludique 

Qui dit jeu de rôle dit avant tout jeu, il est donc vital de faire en sorte que vos sessions de jeu soient ludiques pour vos joueurs. Qu’il s’agisse de scénarios d’enquête, d’horreur, d’action, d’aventure ou autre, faites en sorte que vos scénarios captivent vos joueurs.

En conclusion

Écrire un scénario de jeu de rôle intéressant et captivant n’est pas un exercice facile. Ça demande beaucoup de travail et de réflexion, pourtant le résultat peut être extrêmement jouissif et gratifiant. Il n’y a, en effet, rien de plus grisant pour un maître du jeu qu’un joueur qui vient lui reparler d’une session de jeu qui l’avait marqué, des années plus tôt.

J’espère que cet article vous a aidé à y voir plus clair et vous aidera à créer des scénarios intéressants et mémorables.

En complément, une vidéo assez intéressante de Gillus de la chaîne Zone Geek, qui traîte de l’écriture de scénarios.

Code promotion : Boutique le rôliste