Personnage de JDR en train de courrir

Maitres du jeu : Comment améliorer son improvisation en 9 points ?

L'impro n'est pas votre fort et vous cherchez à vous améliorer pour rendre vos sessions de JDR exceptionnelles ? On vous dit tout !

L'impro n'est pas votre fort et vous cherchez à vous améliorer pour rendre vos sessions de JDR exceptionnelles ? On vous dit tout !

Vos joueurs vont adorer faire du JDR avec vous comme MJ

Ecouter la version audio de l’article. Temps d’écoute : 10 minutes

Très souvent, lorsqu’on souhaite se lancer en tant que meneur de jeu, on a plein d’appréhensions. Le rôle de MJ impressionne souvent, et face à l’importance de ce rôle on peut se mettre la pression.

C’est alors qu’on commence à se poser plusieurs questions :

  • Comment créer un bon scénario de JDR ?
  • Comment bien improviser pour rebondir sur les actions des joueurs ?
  • Comment rythmer son histoire ?
  • Comment incarner efficacement ses PNJ ?

MJ de longue date, je me suis posé toutes ses questions et m’y confronte depuis presque 10 ans. A travers une série d’articles, j’essaye de livrer des clefs pour aider les joueurs à se lancer comme MJ ou à améliorer leur masterisation.

A travers cet article, nous allons voir ensemble quelques techniques que j’utilise pour s’adapter aux actions de ses joueurs

Ces méthodes m’ont permis de gagner en aisance et de mieux maîtriser les sessions de jeu, alors elle vous aideront à n’en pas douter à devenir meilleur en improvisation 😎

Une table typique de jeu de rôle avec ses joueurs

Petit rappel sur ce qu’est le jeu de rôle

Cette partie est à destination des joueurs qui découvrent le jeu de rôle, si vous ne vous sentez pas concerné vous pouvez sauter cette partie et arriver directement aux conseils pour améliorer vos techniques d’improvisation en cliquant ici.

Le jeu de rôle, communément appelé JDR, est un jeu de société ludique qui se joue à plusieurs et qui met l’accent sur l’imagination et la liberté de choix.

Cette activité est une combinaison de jeux de société, jeu de plateau et pièce de théâtre (l’équilibre entre ces 3 domaines varie d’un jeu à l’autre) et vise à faire jouer un rôle à chaque participant. 

Il n’y a pas de règle stricte concernant le nombre de joueurs, toutefois, il faudra au minimum deux participants pour faire vivre l’histoire. 

Dans le cadre d’une partie, chaque joueur va interpréter un personnage, fictif ou non, qu’il va faire évoluer dans un univers donné. Il peut s’agir d’un univers fantastique, post apocalyptique, de science-fiction, d’horreur, de fantasy, de psychodrame ou autres. 

Parmi les nombreux jeux, on peut citer dans les plus populaires : Donjons et Dragons, Vampire la mascarade et L’appel de Cthulhu.

Les participants, appelés rôlistes ou joueurs, incarnent des PJ (personnages joueurs) qui vont vivre une histoire où ils vont faire agir leur personnage à travers des actes ou des paroles. Le but est de vivre une histoire évolutive qui s’adapte aux réactions des joueurs, tout en restant cohérente et en suivant la trame narrative établie par le MJ. 

Type de jeu

Il existe plusieurs types de jeux de rôles, notamment :

  • Le jeu de rôle papier, pratiqué autour d’une table (pour cette raison on l’appelle aussi jeu de rôle sur table) ;
  • Le jeu de rôle grandeur nature où le joueur incarne physiquement son personnage, dans un environnement aménagé qui sert de terrain de jeu ;
  • Le jeu de rôle sous forme de jeu vidéo.

Dans tous les cas, l’imagination et l’improvisation sont les ingrédients essentiels qui permettent à l’histoire de se construire petit à petit, selon les actions et réactions de chacun.

Les joueurs 

Chaque participant incarne son personnage, à travers un jeu d’acteur plus ou moins poussé, qui s’inscrit dans le scénario que le meneur de jeu aura créé. 

En fonction de la description de la scène que celui-ci aura faite, le joueur va faire réagir son personnage. Dans l‘interprétation de son avatar, il sera guidé par une fiche de personnage où ses forces et ses faiblesses seront décrites.

Des joueurs de jeu de rôle bien connus

Ainsi, si certains joueurs sont intelligents et beaux, mais physiquement faibles, d’autres pourront compter sur leurs forces physiques, mais pas sur la réflexion. C’est à travers ces informations que va découler la façon de jouer de chaque joueur ou joueuse autour de la table (qu’elle soit physique ou virtuelle). L’objectif du jeu de rôle est de s’amuser à travers les personnages qu’on interprète et les aventures incroyables qu’on va vivre ensemble.

On peut incarner des voleurs, des comédiens, des chevaliers, des gobelins, des monstres, des vampires, des guerriers, des zombies, etc. 

C’est d’ailleurs ce qui fait la force des jeux de rôle ! Il s’agit d’une activité ludique qui met en avant l’impro, où chacun est libre de son choix.

Le rôle important du meneur de jeu

Face aux joueurs, le meneur de jeu appelé par l’acronyme MJ, ou encore conteur, est la personne-clé de l’histoire. Comme décrit par son nom, il va mener le jeu en décrivant l’histoire et animer la partie. 

En d’autres termes, c’est lui qui fait évoluer les joueurs dans un univers où ils vont vivre leurs aventures. Bref, il est à la fois metteur en scène, conteur, animateur et arbitre. 

Le meneur de jeu est un metteur en scène dans le sens où il propose un cadre aux joueurs. Il va notamment décrire l’environnement dans lequel le scénario du jeu se passe et les personnages qu’ils rencontrent au fil de la partie. Les personnages joués par le MJ sont appelés personnages non joueurs (PNJ). Dans leurs missions, les meneurs de jeu devront toutefois tenir compte des actions des personnages des rôlistes et s’y adapter. Le but est notamment de créer petit à petit une histoire tout aussi originale qu’unique. C’est d’ailleurs pour cette raison que l’improvisation est importante pour eux aussi. 

Pourquoi est-il important de savoir improviser pour un Meneur de jeu ?

C’est vrai ça ! Après tout il existe bon nombre de scénarios du commerce très complets qui expliquent en détail tout ce qu’il y a à savoir. Dans ces conditions pourquoi l’improvisation serait-elle importante ?

Pour la simple et bonne raison que : aussi complet un scénario soit-il, jamais il ne pourra couvrir le champ des possibles (et croyez moi, avec vos joueurs il est très vaste 🤣).

Être à l’aise en improvisation c’est :

  • Être capable de créer sur le pouce des histoires cohérentes ;
  • Pouvoir réagir aux propositions de ses joueurs : fini les moments d’hésitation ou de panique face aux situations imprévues ;
  • Créer des dialogues intéressants entre vos PNJ et vos joueurs ;
  • Aborder vos sessions de jeu de façon beaucoup plus sereine : plus besoin d’anticiper toutes les réactions possibles.

Les techniques pour améliorer son improvisation

On a compris que la capacité à s’adapter et à rebondir était importante. Cependant il faut maintenant passer à l’action !

Sur le papier c’est simple mais dans les faits ce n’est pas si évident. Après tout chacun est différents et certaines personnes sont beaucoup plus à l’aise que d’autres. 

Voici donc quelques techniques à mettre en œuvre pour mieux improviser tout en faisant en sorte que tous les joueurs passent un bon moment autour de la table.

Conseil n°1 : Inspirez-vous des histoires ou des personnages que vous connaissez

Les livres, les films, les séries et les bandes dessinées sont autant d’inspiration qui peuvent vous servir dans vos parties de jeu de rôle. N’ayez pas honte de piocher des idées dans des œuvres que vous connaissez ! Pensez juste à les adapter à votre histoire.

Toute ressemblance avec des personnages ou créatures existantes est purement fortuite 😀 ©Guillem H. Pongiluppi

Conseil n°2  : Acceptez les idées des joueurs et intégrez les dans l’histoire

Vous aurez beau avoir prévu tous les scénarios possibles pour résoudre un problème, vos joueurs trouveront toujours des solutions inattendues. 

Une première technique pour faciliter votre adaptabilité, consiste à accepter les idées des joueurs et à ne pas dire non. Il s’agit même d’une des premières règles du théâtre d’impro !

En disant non catégoriquement à leurs propositions, vous risquez de les voir se sentir comme des spectateurs de la partie… Ils vont avoir l’impression que vous n’êtes pas réellement intéressés par ce qu’ils tentent de faire et donc de ne pas avoir d’impact sur le scénario. 

Si leurs idées semblent être ‘’ridicules’’ de votre point de vue, il est plus judicieux de dire ‘’oui, mais…’’ ou de leur faire assumer les conséquences de leurs actes. De cette manière, vous incorporez leurs idées tout en y apportant votre touche. 

En résumé, il ne faut pas voir leurs propositions, aussi farfelues vous semblent-elles, comme une rupture du scénario, mais plutôt comme une personnalisation de celui-ci. Finalement, ce sont ces touches qui vont pimenter vos parties et les rendre mémorables.

Il ne s’agit bien sûr pas de passer tous les caprices de vos joueurs, mais plutôt de les inclure dans le processus de création. 

Conseil n°3 : Notez les envies des joueurs et gardez les pour plus tard

Il est fort probable que vos joueurs parlent des envies de leurs personnages, de ce qu’ils veulent faire en jeu. Notez quelque part toutes ces petites envies, puis surprenez-les avec, des séances plus tard. 

Incorporez leurs objectifs et leurs idées dans la partie, non seulement ça amène du jeu mais en plus vos joueurs vont se sentir impliqués dans l’histoire et jouer leur rôle.

Si ils sont du genre taiseux sur les envies de leur personnage, vous pouvez également leur poser des questions, notamment sur leurs motivations. C’est une façon de découvrir ce qu’ils veulent et ce qu’ils attendent. 

En adoptant cette technique, vous allez mieux capter leur attention sur l’univers du jeu et ils s’amuseront d’autant plus. De même, cela leur permet de prendre un peu de recul sur leur personnage et de considérer les choses sous un autre angle. Par la même occasion, ils seront encouragés à développer leur personnalité. 

Vos joueurs rêvent de devenir des chevaliers dragon ? Faites leur toucher du bout du doigt l’occasion de le devenir. ©Deiv Calviz

Conseil n° 4 : Faites parler vos joueurs

En suivant vos joueurs vous vous trouverez parfois dans la situation où vous ne savez plus quoi faire pour rebondir… Dans ce cas, faites les parler et utilisez ce qu’ils se disent en jeu.

Prenons l’exemple d’un repaire de bandits que vous avez dû inventer au dernier moment : vous avez ce repaire mais n’avez aucune idée de son contenu. Avant que les joueurs ne rentrent dedans, laissez-les discuter entre eux de la meilleure façon de procéder, vous verrez qu’ils vont d’eux-mêmes, et ce sans s’en rendre compte, vous donner des idées qui vont vous aider à remplir le repaire sur le pouce.

Conseil n°5 : Gardez une trace de toutes les idées que vous pouvez avoir

Une bonne solution pour pouvoir imaginer à la volée un personnage ou une situation en jeu est de l’avoir déjà pensée. Personnellement je me ballade toujours avec un calepin dans lequel je note en vrac toutes les idées de lieu, de situation, de personnage, d’objets, etc. que je peut avoir.

J’ai ainsi à ma disposition une très vaste bibliothèque d’idée que je peut ressortir quand la situation est adéquat. Bien sûr cette méthode prend du temps mais est terriblement efficace sur le long terme !

Notes toutes vos idées et gardez les précieusement ©Gabriel Rubio

Conseil n°6 : Posez les choses à l’écrit pour garder une vue d’ensemble

Là vous allez surement vous dire que le fait de poser les choses à l’écrit va à l’encontre de l’improvisation… et pourtant ça aide grandement.

Maîtrisez le contexte de votre histoire

Comme le dit le sage, « L’impro ne s’improvise pas ». Pour être à l’aise il est important d’avoir une vue d’ensemble de votre histoire et du contexte global. Plus vous réfléchissez au contexte, ainsi que les relations entre les différents personnages, plus aurez de faciliter à improviser des dialogues ou des scènes.

C’est ici que le travail de préparation de la campagne que vous avez fourni prend toute son importance. Pour bien improviser, il faut se préparer !

Prenez des notes pour rester cohérent

Si vous souhaitez impliquer vos joueurs tout en les gardant dans votre histoire, il est important de rester logique et de garder une continuité dans votre scénario. Pour ce faire : prenez des notes !

Voyez ça comme un filet de sécurité et une manière de persuader vos joueurs que tout est maîtrisé. Vous venez d’inventer un PNJ ? Notez son nom et les interactions qu’il a eu avec le groupe, ainsi vous pourrez le réutiliser plus tard. Ce conseil ne fonctionne bien évidemment que dans le cadre de campagnes de jeu de rôle qui durent plusieurs session de jeu.

Vous voulez prendre des notes en jeu sans casser l’immersion ? Ce journal en cuir fera sensation à vos tables de jeu

Personnellement j’utilise le gestionnaire de Jeu de Rôle Kanka pour prendre mes notes (je n’ai aucun lien avec Kanka et ne touche rien du tout en présentant cette plateforme). Cet outil payant dispose cependant d’une version gratuite qui est à mon sens largement suffisante pour gérer efficacement ses campagnes de JDR.

Conseil n°7 : Mettez la peur de côté et faites vous confiance

Comme je le dis dans mon article Vaincre la timidité dans le jeu de rôle, mettez de côté vos peurs, vos faiblesses et osez des choses. Face à un obstacle, dites vous que tout proposition amène sont lot d’idées qui peut apporter des éléments de solutions ou de réponses intéressants.

Vos joueurs seront toujours prêts à vous suivre tant que vous assumez vos propositions, alors lâchez vous !

Conseil n°8 : Utilisez des générateurs aléatoires

N’y allons pas par 4 chemins : Les générateurs automatiques sont vos amis et il n’est pas honteux d’y avoir recourt. Ils peuvent tellement pour faciliter la vie qu’il serait dommage de ne pas s’en servir…

Il existe un grand nombre de générateurs de noms, de villes, de scénarios, de trésors, etc. En voici quelques uns que j’utilise pour mes session de JDR :

Les générateurs peuvent vous permettre de créer à la volée des lieux mémorables. ©Armando Savoia

Conseil n° 9 : Gardez le contrôle

On ne le répétera jamais assez : ne pas dire non aux joueurs et aller dans le sens de leur envie ne veut pas dire que vous devez perdre le contrôle !

Si vous avez prévu un scénario avec des points de passage clés, adaptez-vous mais tâchez de rester sur les rails. Comme je le dis dans l’article Comment écrire un scénario de jeu de rôle, n’hésitez pas à déplacer les lieux ou les Personnages Non Joueurs (PNJ) importants afin que les héros de vos joueurs aillent là où vous voulez qu’ils aillent.

Conclusion

Vous avez maintenant des techniques efficaces pour être meilleur en improvisation. Avec un peu d’entraînement vous allez maintenant être en capacité de créer des scènes de jeu entière à la volée.

Pour résumer cet article, afin d’améliorer votre impro il vous faut :

  • S’inspirer des histoires ou des personnages que vous connaissez ;
  • Accepter les idées des joueurs et intégrez les dans l’histoire ;
  • Noter les envies des joueurs et gardez les pour plus tard ;
  • Faire parler vos joueurs ;
  • Garder une trace de toutes les idées que vous pouvez avoir ;
  • Poser les choses à l’écrit pour garder une vue d’ensemble ;
  • Mettre la peur de côté et faites vous confiance ;
  • Utiliser des générateurs aléatoires ;
  • Garder le contrôle.

Si vous êtes débutants, n’hésitez pas à vous lancer dans la masterisation et proposez à vos amis ou à votre famille de jouer avec vous. La peur de faire des erreurs ne doit pas être un frein a votre envie de vous lancer, vous loupez peut-être une grande vocation en vous mettant des freins 😉

Code promotion : Boutique le rôliste